Est-il raisonnable de continuer à faire du sport après une ligamentoplastie de genou ?

F. Dubrana, Brest

Voir la communication complète... Cliquez-Ici

En France, 15 millions de sportifs sont licenciés au sein d’une fédération (certificat médical obligatoire) (ministère de la Santé, bulletin de statistiques et d’études Nº 07-05 ; 2007). En 2000, 36 millions de Français âgés de 15 à 75 ans ont déclaré avoir des activités physiques et sportives (ministère jeunesse et sport, Stat-Info, bulletin de statistiques et d’études Nº 01-01 ; 2001). Ces sportifs nécessitent un suivi longitudinal de l’appareil locomoteur, cette notion est récente et apparaît comme capitale en traumatologie du sport. Les sportifs veulent pratiquer longtemps, les objectifs changent :

Quelle reprise après lésion du LCA ?

Seuls 53 % à 65 % des patients refont du sport au même niveau, 1 à 2 ans après chirurgie. Aucun critère classique (IKDC, Lysholm, Noyes, Tegner ) ne permet de prédire la reprise du sport au même niveau, peut-être ? Marx (knee activity rating scale) ou le Psychovitality , (psychological profile questionnaire ; ACL return to sport after injury scale : ACL-RSI) 2 3

Arthropathie

Après lésion du LCA , 0 à 13 % à 10 ans dans les lésions isolées, 21 à 48 % à 10 ans dans les lésions non isolées. Toutefois, la chirurgie ne diminuerait pas le taux d’arthropathie, alors : doit-on reprendre des sports à risque pour le genou ?

La responsabilité intéresse les trois phases médicales (diagnostic, traitement, surveillance), il faut une information à chaque pas. Dans l’éventualité d’une procédure : il faut pouvoir prouver que l’on a informé le patient sportif, dans le cadre d’un suivi à long terme (arthropathie). L’information peut-être donnée à l’entraîneur (danger : violation du secret professionnel), au médecin d’équipe ou de terrain (secret partagé dans l’intérêt du patient), mais surtout au patient (intérêt du certificat annuel de non-contre-indication à la pratique de son sport). Cette visite médicale annuelle de non-contre-indication à la pratique sportive est une loi (loi Buffet du 23 mars 1999). Le médecin doit connaître les risques du sport envisagé et informer le patient des risques encourus. Après lésion du LCA, doit-on signer un certificat pour la pratique en compétition des sports à risque pour le genou ?

Notre proposition

Il faut une meilleure information partagée entre :

Il faut initier une information du milieu sportif en général, sur sport après lésion du LCA ? (Cf information « grand public » des cardiologues du sport sur les commandements d’une bonne pratique sportive). Un seul but pour le médecin et le sportif, préserver le capital articulaire afin de pratiquer une activité sportive le plus longtemps possible (activité physique = santé). Il faudrait faire préciser, tous les ans, au patient sportif, son niveau d’entraînement, ses projets et objectifs sportifs (court, moyen et long terme) et tous les éléments « autour du genou lésé ». Il faut savoir dire « non » à un sport à risque et réorienter la pratique sportive.

Surement, faire un bilan de laxité systématique, et un bilan d’arthrose ?

Refaire de la rééducation ? (Indication, rythme, isocinétisme…)

Conclusion

La vie sportive est longue après une lésion du LCA. Au niveau de l’éthique et de la responsabilité médicale, une meilleure information semble souhaitable sur la pratique sportive dans les premiers mois et années qui suivent une lésion du LCA traité ou non par une ligamentoplastie.

1. Dauty M, Le Brun J, Huguet D, Paumier S, Dubois C, Letenneur J. (2008) Rev Chir Orthop Rep App Mot 94(6):552-60.
2. Gobbi A, Francisco R. (2006) Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 14(10):1021-8.
3. Oiestad BE, Engebretsen L, Storheim K, Risber MA. (2009) Am J Sports Med 37(7):1434-43.
4. Lohmander LS, Ostenberg A, Englund M, Roos H. (2004) Arthritis Rheum 50(10):3145-52.
5. Fithian DC, Paxton EW, Stone ML ‘(2005) Am J Sports Med 33(3):335-46
6. Ethics in sports médicine. Dunn WR. George MS, Churchill L, Spindler KP. Am J Sports Med. 2007 May;35(5):840-4