Aldystrophie en chirurgie orthopédique et traumatologique

Gérard Chalès, Service de Rhumatologie, Hôpital Sud, Rennes gerard.chales@chu-rennes.fr

Voir la communication complète... Cliquez-Ici

Le syndrome algodystrophique (SAD) est défini en France par un syndrome clinique pseudo-inflammatoire (sans signes biologiques d’inflammation), un syndrome radiologique avec perte osseuse, un syndrome scintigraphique avec hyperfixation, et une résolution plus ou moins rapide de la pathologie, avec ou sans séquelles. L’Association Internationale de l’Etude de la Douleur (IASP) a proposé en 1993 la terminologie de Syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC type I), un terme descriptif pour un ensemble de signes et de symptômes, comportant douleur, gonflement, instabilité vasomotrice régionale, qui sont accompagnés par une impotence fonctionnelle significative de l’articulation, habituellement secondaire à un traumatisme ou un acte chirurgical. Ce syndrome est caractérisé par la présence de signes et de symptômes qui sont plus sévères que ce que l’on pourrait normalement attendre compte tenu de l’importance du traumatisme ou de l’événement déclenchant. Après un acte chirurgical, le diagnostic est souvent retardé, car la douleur, le gonflement, la difficulté à mobiliser l’articulation n’attirent pas l’attention dans ce contexte traumatique et parfois de contention plâtrée. Le défi pour comprendre et traiter avec succès le SAD n’a rien à voir avec les pathologies auxquelles est confronté le chirurgien orthopédiste, en raison de l’ignorance de la cause, de la physiopathologie, et d’un traitement approprié. On connaît peu de choses des patients qui ont un risque augmenté de développer un SAD en post-opératoire et on ne sait quel est le traitement péri-opératoire optimal pour ces patients devant être opérés et qui ont un antécédent de SAD. Seule la prise en charge multidisciplinaire, y compris des facteurs psychologiques, permet une récupération fonctionnelle.

Mots clés : algodystrophie, syndrome douloureux régional complexe, chirurgie


Algodystrophy after orthopaedic and trauma surgery The algodystrophy syndrome (ADS) is defined in France by a pseudoinflammatory clinical syndrome (without biological inflammatory signs), a radiological syndrome with bone loss, a scintigraphic syndrome with increased uptake, and a more or less rapid regression of the condition, with or without sequelae. The International Association for the Study of Pain proposed in 1993 the terminology of Complex Regional Pain Syndrome (CRPS type I), a descriptive term for a complex of signs and symptoms, including pain, swelling and regional vasomotor instability, which are accompanied by significant functional impairment of the joint, usually caused by trauma or surgery. This syndrome is characterized by the presence of signs and symptoms which are more severe than would normally be expected for the degree of trauma of the precipiting event. After surgery, the diagnosis is often delayed, as pain, swelling and difficulty in moving the joint do not constitute the priority features in a context of trauma and sometimes under a plaster. The challenge to understand and successfully manage ADS is unparalleled among disorders confronting orthopedic surgeons, because ignorance of cause, pathophysiology and proper treatment. Little is known regarding which patients are at increased risk for development of postoperative ADS and what the optimal perioperative treatment is for those patients undergoing surgery who have a previous history of ADS. Only very early multidisciplinary management, including psychological factors, can achieve functional recovery.

Keywords : algodystrophy, complex regional pain syndrome, surgery