UTILISATION DES COINS D'EUROCER 200 DANS LES OTV PAR ADDITION INTERNE.

LE BILAN APRES 7 ANS D'UTILISATION SUR 31 CAS .

Nicolas et Philippe POILBOUT ( BRESSUIRE )

 la communication complète

Nous avons choisi d'utiliser l'addition interne dans les OTV depuis de nombreuses années en raison :
-de la voie d'abord antéro-interne qui peut être réutilisée pour une éventuelle reprise ultérieure par prothèse ,

-de la simplicité de la technique avec l'absence de geste sur le péroné ,

-des bons résultats à long terme de cette technique dans notre expérience .

L'utilisation du Phosphate Tricalcique (EUROCER ) nous a paru intéressante pour éviter la prise de greffe iliaque avec ses conséquences sur la perte sanguine ,les douleurs post-opératoires et le capital osseux du patient .

Nous avons choisi d'utiliser les coins d'Eurocer 200 pour leur forme adaptée et leur résistance mécanique en rapport avec leur porosité plus faible .

Le but de cette étude est de faire le point après 7 ans d'utilisation .

 

Présentation de la série :

Nous avons colligé 31 cas traités ainsi chez 28 patients .

L'âge moyen était de 71 ans ( 57 à 80 ans ) .

Avec une nette prédominance féminine : 21 Femmes et 7 hommes .

La déformation en Genu Varum pré-opératoire moyenne était de 8.5° (5 à 12° ) .

Le recul à la révision était de 1 à 7 ans avec une moyenne de 3.5 ans ,15 cas ayant au moins 4 ans de recul .

 

Les Indications :

Nous utilisons cette technique lorsque :

-la déviation axiale est limitée à 12° maximum ,

-le compartiment opposé est indemne (clichés dynamiques pré-opératoires ,bilan arthroscopique ),

-il n'existe pas de signe radiologique de chondrocalcinose (calcifications des ménisques ) ,

-la mobilité est conservée ,

-l'usure du compartiment interne est modérée .

 

La Planification :

Nous nous efforçons de corriger seulement le varus osseux et pas le varus ligamentaire ,

et de ne pas dépasser 5° de Valgus post-opératoire .

La technique opératoire : est bien codifiée .

 

Par voie d'abord Antéro-interne extra-articulaire de l'extrémité supérieure du tibia ,

nous mettons en place 3 broches parallèles obliques en haut et en dehors sous contrôle de l'amplificateur de brillance ,partant à la face interne du tibia sous l'insertion du LLI et se dirigeant vers la face externe pour terminer à 1 centimètre environ sous le plateau tibial externe .

Après avoir mis le genou en flexion pour protéger les éléments vasculo-nerveux postérieurs et mis en place un écarteur à la face postérieure du tibia ,

L'ostéotomie est débutée à la scie oscilllante en s'appuyant sur le bord inférieur des broches pour éviter toute fausse route vers l'articulation .Elle est terminée au ciseau frappé en s'arrètant juste avant la corticale externe du tibia .

L'ouverture du foyer d'ostéotomie est effectuée avec un écarteur de Cloward entrainant une simple ostéoclasie externe vérifiée par contrôle radioscopique .Cette ouverture est mesurée de façon à atteindre la hauteur prévue lors de la planification qui correspond souvent en centimètres au degré d'ouverture souhaitée .

Nous encastrons alors 2 coins d'Eurocer 200 ,l'un au ras de la corticale postérieure du tibia et l'autre au milieu du foyer d'ostéotomie .

L'ostéosynthèse est assurée par une plaque vissée de type Numelock .

Les suites post-opératoires :

Elles sont simples avec une rééducation immédiate ,mais une décharge de 3 semaines .

L'appui est donc autorisé à 21 jours sous couvert d'une attelle baleinée maintenant le genou en extension pour la marche pendant 3 semaines .

Le patient sera revu en consultation pour contrôle radio-clinique à 3 semaines ,6 semaines ,3 mois ,6 mois ,1 an et tous les 2 ans .

Les problémes rencontrés : ont été :

-des liserés autour de la céramique ,

-des fractures du matériel d'ostéosynthèse ,

-des aspects radiologiques troublants ,

-des douleurs .

Les liserés :

Ils ont été retrouvés dans 5 cas (16%) avec un aspect de résorption osseuse autour de la céramique observée à 3 et 6 mois post-opératoires .

Ils se sont spontanément comblés avec le temps puisqu'ils avaient disparu à 1 an .

Ils n'ont entrainé aucune douleur ni perte de correction .

Les Fractures de matériel d'Ostéosynthèse :

Elles sont survenues dans 6 cas (19%) .

Elles sont dues à la rigidité du montage sur un os relativement souple et n'ont jamais entrainé de perte de correction .

Le matériel a été laissé en place dans 3 cas , les patients ne se plaignant pas .

Dans 2 des 3 autres cas ,le rupture de vis n'a été découverte qu'à l'ablation du matériel ,nécessitant l'utilisation d'une tréfine et le comblement par des granules d'Eurocer 400 dans la cavité restante .

 

Des aspects radiologiques troublants :

Ils ont été notés dans 5 cas .

Ils se présentent :

-soit sous forme d'un vide central au niveau des coins ,

-soit par un aspect effrité en regard de leur partie périphérique .

Ils sont dus à des modifications dans la fabrication de la céramique avec une diminution de sa résistance mécanique dans le but de favoriser sa résorption à long terme .

Ils n'ont jamais été suivis d'un tassement ou d'une perte de correction .

 

Les Douleurs :

Elles sont apparues dans 11 cas (35.3%)dans un délai de 1 à 6 ans après l'intervention .

Elles ont toujours été notées comme modérées .

Elles ont justifié l'ablation du matériel d'ostéosynthèse qui a permis de les supprimer dans 4 cas .

Seuls 7 cas (22.5%) sont restés douloureux en raison de l'évolution de l'arthrose malgré le maintien de la correction .Il s'agissait vraisemblablement d'indications dépassées .

 

Les Résultats :

Ils ont été satisfaisants .

L'indolence a été obtenue dans 24 cas soit 77.5% de la série .

Aucune résorption ni tassement du phospate tricalcique n'ont été observés .

Aucun patient n'a dû ête repris par prothèse à ce jour .

 

Conclusion :

Après 7 ans d'utilisation du phosphate tricalcique (Eurocer 200) dans les OTV par addition interne ,les résultats sont encourageants sans aucune dégradation de la céramique ,ce qui nous encourage à poursuivre dans la même voie , à condition de respecter une technique rigoureuse avec une ostéosynthèse stable et de rester raisonnables dans les indications .

 

Retour au sommaire Geco 2006

  Haut

 

© GECO