LE TELEGRAPH LONG : UN DEVELOPPEMENT INCONTOURNABLE , TECHNIQUE ET PREMIERS RESULTATS.

 

CH. CUNY, M. IRRAZI, P. BEAU, A. BERRICHI, N. IONESCU, P. MAUREIRA

 Service de Chirurgie Orthopédique et traumatologique

CHR METZ Hôpital Bon-Secours

1 pl. de Vigneulles

57038 METZ

Communication complète

 

Introduction : le Telegraphâ court a grandi afin de pouvoir, sur les mêmes bases, traiter les fractures diaphysaires de l'humérus jusqu'à la palette. Le principe de l'autostabilité des vis proximales est conservé permettant l'utilisation d'un clou de petit diamètre. Le verrouillage distal est assuré par un système de visée avec rappel qui diminue très sensiblement l'utilisation de l'amplificateur. Des vis clavettes spécifiques permettent ce verrouillage distal

 

Matériel et méthodes : le clou est décliné en 2 diamètres de 7 et 8 mm. les longueurs vont de 21 à 29 cm tous les 2 centimètres. Le verrouillage proximal est fait dans la zone épiphysaire de l'humérus par deux ou trois vis autostables. Cette autostabilité permet d'éviter tout balayage du clou. Le verrouillage distal se fait au moyen de vis clavettes, placées en antéro-postérieur au moyen d'un système de visée qui évite le recours à l'amplificateur. Le filetage de ces vis clavettes vient au contact du clou. Ce système assure un verrouillage distal totalement rigide. Aucun mouvement, même minime, n'est possible entre l'humérus distal et le clou.

 

Résultats : 63 bras ont pu être opérés chez 60 patients sur une période de 2 ans et demi. La moyenne d'âge est de 64 ans de 18 à 98 ans. Dans les étiologies, il convient de retenir 11% d'accidents de la circulation et 24% de métastases dont la moitié étaient inaugurales. Il y avait 3 pseudarthroses dont deux après traitement orthopédique et une après enclouage. Deux paralysies radiales préopératoires ont récupéré en 6 mois. Nous n'avons observé aucune paralysie radiale postopératoire. Le verrouillage distal n'a été effectué que dans 20 cas sur 63. Le diamètre le plus fréquemment utilisé a été de 7mm, la longueur la plus utilisée a été celle de 25cm. Dans 90% des cas une mobilisation passive a été conduite dès la 1ère semaine. Nous avons constaté 3 échecs de la consolidation : dans deux cas il s'agissait de la poursuite du processus métastatique et dans un cas il s'est agit d'une authentique pseudarthrose traitée d'ailleurs par un autre clou Telegraph® long verrouillé en distal cette fois. Nous n'avons noté aucune complication dans le groupe des clous verrouillés en distal. Dans le groupe métastase, l'amélioration symptomatique sur le plan de la douleur a été systématiquement retrouvée.

 

Discussion : Il est communément admis que l'enclouage d'humérus n'a que peu de place dans le traitement des fractures diaphysaires. Le traitement par plaque est le standard. En dehors du fait que les fractures métastatiques (25%de notre série) ne peuvent pas être traitées par plaque, les résultats de ce type de clou sont très encourageants avec une seule complication vraie. La visée distale automatique diminue très significativement le rayonnement induit. Le verrouillage distal avec ses vis clavettes spécifiques qui viennent au contact du clou assure un montage très solide. Ce système paraît être à l'origine des bons résultats systématiquement retrouvés dans le groupe concerné.

 

Haut


   Retour au sommaire Geco 2003

 

© GECO