L'isométrie du ligament croisé antérieur : le hasard et la nécessité.

Dr M.Collette

Communication complète

La nécessité :

Bien qu'elle soit techniquement irréalisable de façon parfaite, il est aujourd'hui universellement admis que l'isométrie d'une greffe de ligament croisé antérieur constitue une condition à rechercher si l'on veut obtenir un comportement mécanique satisfaisant de la greffe.

D'autre part, pratiquement tous les auteurs ont reconnu que c'est au niveau du fémur que les plus petites variations de position de la greffe entraîneront les plus grandes variations isométriques de celle-ci.

 

Le hasard :

Malgré ces exigences clairement reconnues par la plupart des auteurs, les techniques de reconstruction du ligament croisé antérieur restent empiriques et proposent généralement un positionnement standard de la greffe au fémur quelle que soit sa taille, sa forme ou sa dynamique de flexion-extension.

En nous basant sur la revue de la littérature, le résultat des études anatomiques et sur notre planning radiographique préopératoire des greffes de LCA, nous souhaitons montrer l'importance des variations de positionnement de la greffe au fémur pour chaque genou considéré isolément.

En appliquant une technique standard de positionnement, supposée convenir à tous les genoux, nous créons sans le savoir un comportement mécanique de la greffe tantôt excellent, tantôt bon, tantôt nettement moins bon selon l'écart entre le positionnement qui a été choisi et le positionnement idéal qui aurait dû être choisi pour chaque genou pris individuellement.

 

Conclusion

parmi les pas qui restent à franchir pour améliorer le résultat de nos greffes ligamentaires, nous pensons que l'individualisation du positionnement de la greffe au fémur constitue un but important à atteindre, probablement largement sous-estimé aujourd'hui.

La robotique qui pointe à l'horizon ne constitue nullement une réponse à cette exigence puisque au mieux, elle permettra d'atteindre avec plus de précision une cible que nous lui assignons pour autant que l'on sache où elle se situe pour chaque genou pris individuellement.

 

Sommaire Geco 2002

 

© GECO