IRM du genou : avancées récentes et données actuelles

Olivier Fantino
Service d'imagerie Médicale
Polyclinique Orthopédique de Lyon
86, boulevard des Belges
69006 LYON

Communication complète

L'IRM a pris une place essentielle dans la prise en charge du genou traumatique du fait de son influence sur le diagnostic, sur la prise en charge thérapeutique, sur la réduction du taux d'arthroscopie et donc du coût total.

Il n'y a pas d'avancée technologique extraordinaire récente pour le genou, contrairement à d'autres pathologies (neuroradiologie, vasculaire, cardiologie, digestif, IRM fonctionnelle;) mais l'amélioration de la résolution spatiale (épaisseur de coupe, matrice), du rapport signal sur bruit et de l'homogénéité des séquences (saturation de la graisse) permettent une meilleure visualisation des structures anatomiques et pathologiques, faisant reculer les limites de l'IRM (structures périphériques tels les points d'angle, plica, lésions méniscales périphériques, ménisques opérés, lésions méniscales instables, dysplasie de la trochlée;) . L'IRM avec des séquences classiques et disponibles sur la plupart des machines (densité de proton avec saturation du signal de la graisse) permet une bonne approche des lésions cartilagineuses. L'IRM permet une bonne visualisation des ligamentoplasties des croisés et de dépister leurs complications (position des tunnels, impingement, rupture, cyclope, fibrose) .

Les avantages et limites de l'IRM par rapport à l'arthro-scanner sont abordés (ménisques, pivot central, cartilage) .

Les congressistes pourront consulter des examens IRM de genoux normaux et pathologiques sur ordinateur avec le logiciel efilm®

 

Sommaire Geco 2002

 

© GECO