DIDT VERSUS TENDON ROTULIEN

 

Philippe D'INGRADO - Clinique du Parc - Lyon

 

L'articulation du genou obéit à deux impératifs opposés, grande mobilité et bonne stabilité dans tous les plans de l'espace et à tous les degrés de flexion ou d'extension. Malgré une apparente simplicité, elle est régie par des mécanismes complexes lui permettant d'assurer au mieux sa fonction.

Les différentes structures participant à la stabilisation du genou ne peuvent être envisagées isolément les unes des autres. Nous croyons à leur complémentarité et leur interdépendance, qu'elles soient ligamentaires, musculaires ou tendineuses.

L'hypothèse de travail est basée sur le principe d'une stabilisation tridimensionnelle par les éléments musculo-tendineux de l'articulation du genou. En cas de prélèvement d'un des éléments, ceci peut entraîner une désaxation mécanique dynamique qui pourrait être à l'origine d'échec ou de décompensation arthrosique précoce.

À travers une étude se basant sur un travail de dissection cadavérique avec mesures biométriques, nous avons essayé de mieux appréhender le fonctionnement du genou dans sa globalité, et ce faisant, essayer de dégager des éléments de réponse à la morbidité à long terme de différentes techniques.

Notre étude a porté sur la dissection de vingt-trois sujets de laboratoire. Il s'agissait de membres inférieurs en totalité, désarticulés au niveau de la hanche. L'objectif de cette étude était de déterminer à partir de l'analyse de pièces anatomiques, les caractéristiques mécaniques et fonctionnelles de chaque tendon grâce à la mesure de la section musculaire physiologique.

Les mesures biométriques ont porté sur les pièces osseuses au niveau épiphysaire permettant de définir un centre théorique pour chacune de celle-ci dans les trois plans de l'espace.

Cette étape a ensuite permis de réaliser une véritable cartographie des insertions ligamentaires et surtout musculaires sur l'articulation du genou.

Nous avons ensuite analysé la morphométrie des muscles eux-même permettant de calculer leur Cross Section Area. Celle-ci est le reflet de la forme potentielle d'une structure musculaire.

La confrontation des données biométriques et de ces CSA a permis de définir un potentiel d'action pour chaque muscle dans les trois plans.

Il en résulte l'apparition d'un équilibre par groupe de muscle d'action identique dans chacun des trois plans.

L'ensemble de ces résultats nous fait aborder le concept de la stabilisation de l'articulation du genou sous un jour nouveau. La grande majorité des représentations anatomiques schématise les muscles péri articulaires du genou en deux catégories : les muscles volumineux (Quadriceps et gastrocnémien), qui permettent des mouvements en force ; et les muscles fins et longs, qui seraient impliqués dans des mouvements de grande amplitude sans force. Ce travail anatomique remet en cause cette vision simpliste des choses et met en avant le rôle fondamental du muscle semi-membraneux dans la stabilisation rotatoire du genou. Il est le pendant anatomique et fonctionnel du muscle biceps, de par leur similarité de structure et leur potentiel d'action. Le rôle du muscle semi-tendineux semble avoir été, lui aussi, minoré, classé dans les muscles grêles sans grande action. Son anatomie et son potentiel fonctionnel nous indique le contraire.

Ces données brutes restent bien sur théoriques et sont à confronter aux données cliniques avant et après chirurgie.

Sommaire Geco 2002

 

© GECO